Motion n°30 2012 : Constitution d’une commission antifasciste et anti-sexiste confédérale (motion reprise du STE 93 posée lors du Congrès de Saint-Étienne) ETPICS 57 Nord Sud

Argumentaire

Signe des temps, depuis quelques années, l’extrême droite affiche une santé resplendissante. Le Front national présente une version mariniste rajeunisée et modernisée, mais non moins radicale. Son pouvoir d’attraction ne se dément guère. À sa droite se sont néanmoins développés de nouveaux mouvements, certains assez classiques : le Renouveau francais rassemble la jeunesse qui cogne et qui prie ; le Bloc identitaire est en quête de respectabilité mais rassemble la jeunesse païenne qui fait facilement le coup-de-poing ; le nouveau GUD a été relancé avec l’aide des anciens naziskins des années 80 et 90…

D’autres sont plus surprenants : la Ligue 732 mélange les supporters nationalistes, le Projet apache est une émanation « jeune et fashion » du Bloc identitaire.

Certains mouvements cherchent à brouiller les pistes comme le groupe Égalité et réconciliation d’Alain Soral (fort du soutien de Dieudonné) ou encore Riposte laïque de Pierre Cassen, un groupe passé de la défense de la République et de la laïcité aux apéros-saucisson racistes…

À ces groupes s’ajoutent des mouvements communautaristes : Ligue de défense juive récemment recréée, Ligue de défense des musulmans (une réponse à la précédente), nationalistes autonomes lorrains, flamands, occitans, bretons…

Sans sombrer dans la paranoïa, il semble nécessaire de prendre conscience des dangers physiques et politiques que peut présenter cette nouvelle extrême droite plurielle. Depuis deux à trois ans, les rassemblements à l’appel du Réseau éducation sans frontières (RESF) sont régulièrement attaqués (à Lyon et à Nancy dernièrement) ; les distributions de tracts d’organisations syndicales et politiques sont empêchées (dans le Midi notamment) ; les « kiss-in » et autres manifestations en faveur du droit à vivre librement sa sexualité, les rassemblements pour le droit à l’IVG sont perturbés et attaqués (à Paris, cela s’est produit deux fois en trois mois).

Dans les manifestations de solidarité avec le peuple palestinien, lors des débats et des rencontres au 33 rue des Vignoles, les militants de la CNT sont exposés à de nombreux dangers. Enfin, à Lyon, au début de l’année 2010, ce sont plusieurs de nos camarades qui ont été attaqués physiquement en raison de leur appartenance à la CNT.

Depuis 2010, l’implantation et les actions de l’extrême droite se sont encore amplifiés. Le FN faisant sont entrée à l’Assemblée après avoir réussi à imposer ses thématiques de campagne

Motion

Le STE-93 (et l’ETPICS 57 Nord Sud) demandent au congrès d’acter la création d’une commission antifasciste et antisexiste confédérale qui aura pour rôle d’informer les militants sur les nouveaux visages et dangers présentés par l’extrême droite francaise et internationale.

Cette commission produira un bulletin régulier et un matériel spécifique (affiches, autocollants, brochures) sous le contrôle du BC et de la CA.

Elle se chargera de répondre aux sollicitations de l’ensemble des syndicats et des syndiqué-e-s de la confédération et à prendre des initiatives afin de lutter contre l’extrême droite.

Vote

Nom

Pour

Contre

Abstention

Ne prend pas part au vote

Motion n°30 ETPIC57

Décision du congrès