La saga des conti (mars 2013)

Présentation

11 mars 2009, les 1120 salariés de l’usine de pneumatiques « Continental » de Clairoix reçoivent leur lettre de licenciement.

Dès les premiers jours c’est la colère, mais ceux que l’histoire retiendra sous le nom des « Conti » sont déjà habités d’une certitude : celui qui se bat n’est pas sûr de gagner, mais celui qui ne se bat pas a déjà perdu.

Le film relate le conflit sur plusieurs mois, dans ses grandes étapes, mais aussi et surtout en coulisses, au plus près de ses acteurs : Xavier Mathieu, Roland Szpirko, et tous les autres.

On découvre de l’intérieur la mise en œuvre d’une stratégie inédite, on assiste à sa montée en puissance au jour le jour, à une combinaison d’actions judiciaires, de coups de force, de diplomatie et d’opérations de relations publiques.

Les Conti nous livrent leur aventure à la fois collective et individuelle, leur propre analyse des évènements, leur vision d’un monde qui change : subjective, mais toujours pertinente et lucide. Une peinture d’un certain monde ouvrier en mutation.

La saga des Conti est aussi un film sur l’amitié, l’histoire d’un groupe d’hommes et de femmes (surtout d’hommes, il faut bien le reconnaître) confrontés à un défi qui engage leurs vies.

A pied, en train, en voiture, forts de leur mobilisation contre la stratégie financière d’une multinationale, ils écrivent une page d’histoire sociale.

Comme lors du voyage à Hanovre pour l’assemblée générale des actionnaires : avant le départ, répétition générale du slogan « Alle zusammen », version allemande du «Tous ensemble». A l’arrivée, sur le quai, les « Conti » sont attendus par leurs homologues d’outre-Rhin. Accolades, embrassades, larmes. Et marche bras dessus, bras dessous vers l’AG.

Annonce

Sujet:  (fr) Alternative Libertaire AL #227 - Cinéma : Jérôme Palteau « La saga des Conti » (en)
Date :  Sun, 26 May 2013 10:15:15 +0300
De :    a-infos-fr@ainfos.ca
Répondre à :    a-infos-fr@ainfos.ca
Pour :  fr <a-infos-fr@ainfos.ca>

Le film de Jérome Palteau qui vient de sortir dans malheureusement trop peu de salles revient sur la lutte des « Conti » en 2009 contre la fermeture de l’usine de Continental de Clairoix (Oise).

Tambour battant, nous allons plonger dans une atmosphère, de rassemblement, de dépassement, de révolte et de gaz lacrymogènes.

Nous voyons au départ une communauté de lutte se construire. Au départ, elle n’a comme seul lien que l’usine, un bon salaire, et un bon travail qui tue lentement mais sûrement. C’est sur les décombres de la trahison des appareils syndicaux et des partis politiques, qu’elle démarre. Le 11 mars 2009 au matin,commence l’aventure, la saga épiquedes « Conti ».

Ouvriers, cadres, reçoivent leurs lettres de licenciements. Ce seront 1 120 lettres au total. Après une première phase d’abattement, c’est la colère qui gronde.

Il n’y a plus de barrières entre salarié-e-s, les distinctions disparaissent malgré quelques résistances. Lorsqu’un comité de lutte et des assemblées générales quotidiennes s’installent ils deviennent tous et toutes égaux, selon le principe d’un travailleur, une voix, contre les délégués CFTC qui veulent avoir 52% des voix parce qu’ils ont gagné les élections professionnelles.

Au travers de cette lutte, nous voyons un retour aux racines du syndicalisme qui met au centre l’action directe et l’installation du rapport de force.

Ensemble, les Conti construisent et agissent aussi de manière internationale établissantune connexions entre peuples avec les salarié-e-s allemands avec un but : taper au maximum au portefeuille. Finalement, ils arrivent à arracher la somme de 250 millions d’euro pour un millier de salariés. Somme qui ne représente malheureusement qu’une goutte d’eau dans cette mer de bénéfice.

Un seul regret par rapport au film :le peu de place consacré au comité de lutte qui aurai pu être davantage abordé.

Eric (AL Montpellier)

La saga des conti, réalisé par Jérôme Palteau, documentaire avec Xavier Mathieu, 1h37, Les Films des deux rives, 2013